La Nouvelle Tradition Kadampa (NKT) s’entend bien avec la plupart des autres groupes bouddhistes, tels que les bouddhistes Theravadin, la communauté bouddhiste Triratna (FWBO), etc. Cependant, les centres et les pratiquants de la NKT ont rencontré des problèmes avec certains groupes bouddhistes tibétains – ceux qui ont été influencés par les opinions et la politique du Dalaï Lama à l’époque où il interdisait la pratique du Bouddha de la Sagesse Dordjé Shougdèn, et où les pratiquants de Shougdèn ont été harcelés et persécutés par la suite. Pendant des années après que le Dalaï Lama a émis cette interdiction et que les pratiquants de la NKT ont protesté contre celle-ci, les étudiants et les centres de la NKT ont subi de nombreux incidents de critique et de discrimination dans le monde réel et sur internet. Ils ont été accusés d’être des adorateurs d’esprits maléfiques et des sectaires, voire des meurtriers et des nazis. On les a chahutés, on leur a criés dessus et crachés dessus dans la rue, on leur a refusé l’entrée dans d’autres organisations bouddhistes tibétaines, on leur a déconseillé de fréquenter les centres de la NKT ou d’y revenir, on les a menacés face à face et par téléphone. Des cours ont été annulés, des centres ont été vandalisés, des publicités ont été détruites ou dégradées. L’accès aux forums bouddhistes en ligne tels que E-Sangha et Reddit leur a été interdit. La situation s’est améliorée, mais le harcèlement en ligne persiste. Reddit, par exemple, n’autorise toujours pas les bouddhistes kadampas à publier ou à commenter sur la page R/Buddhism. Malgré tout, ce qu’ont vécu les pratiquants de la NKT n’a rien à voir avec les persécutions subies par les pratiquants de Dordjé Shougdèn en Inde, dont certaines sont documentées ici : Bouddha de la Sagesse Dordjé Shougdèn ~ Pourquoi le Dalaï Lama supprime-t-il la liberté religieuse ? (en anglais) Tous les groupes bouddhistes tibétains ne sont pas opposés à la NKT, loin de là. De nombreux bouddhistes tibétains qui s’appuient sur les enseignements de la lignée de Djé Tsongkhapa et de Tridjang Rinpotché et sur le protecteur du dharma Dordjé Shougdèn en Inde, au Tibet et en Occident apprécient grandement la NKT et les pratiquants de la NKT. Cela s’explique notamment par le fait que Vénérable Guéshé Kelsang les a défendus et qu’il est considéré à la fois comme un grand héros et comme un maître bouddhiste pleinement réalisé. Plusieurs monastères ont pu ouvrir en Inde grâce au soutien de la Communauté internationale Shougdèn (ISC), avec des centaines de moines (dont beaucoup avaient été expulsés de leur monastère précédent par le Dalaï Lama), parmi lesquels Serpom Monastery (en photo) et Segyu Gaden Phodrang Monastery. Plusieurs groupes bouddhistes tibétains ont également leurs propres problèmes avec le Dalaï Lama, comme les Kagyus qui s’opposent au choix du Dalaï Lama comme chef de leur tradition. Ils n’ont donc jamais pris le parti de condamner la NKT pour avoir continué à s’en remettre sur Dordjé Shougdèn et à défendre les pratiquants de Dordjé Shougdèn au mépris de l’interdiction du Dalaï Lama.